ARTHUR RIMBAUD PHOTOGRAPHE

Arthur Rimbaud photographe

Le 6 mai 1883, Arthur Rimbaud envoie à sa mère et à sa sœur Isabelle trois portraits « de moi-même par moi-même ». Mal lavées, ces épreuves blanchissent et son visage y est à peine lisible. Pourtant d’autres photographies qu’il vient de faire, de son adjoint le Grec Sotiro, d’un fabricant de sacs, sont de bonnes images.
Que disent ces trois ratés ? Rimbaud se dissimule-t-il dans le paysage ?
Pourquoi s’est-il fait photographe ? Quel était son projet à Harar ?
Avec quel matériel a-t-il travaillé ? Combien a-t-il fait de photographies ?
Explorant cet aspect peu connu de la vie du poète devenu explorateur et négociant entre l’Arabie et l’Afrique, Hugues Fontaine, lui-même photographe, bon connaisseur du Yémen et de l’Afrique orientale, nous raconte l’expérience photographique de Rimbaud en Abyssinie (Éthiopie). Ce faisant, il nous offre une iconographie abondante, soigneusement composée et en grande partie inédite, augmentée de trois photographies qu’il vient de découvrir à Vienne, attribuées Arthur Rimbaud en 1892 par l’explorateur autrichien Philipp Paulitschke, lequel s’était rendu dans la Corne de l’Afrique en février 1885.

Sortie nationale en librairies le 23 octobre.

Présentation en avant-première à Charleville-Mézières le 19 septembre dans le cadre de l’exposition Rimbaud Photographe (commissariat Hugues Fontaine).

Print Friendly, PDF & Email

0 comments on “Arthur Rimbaud photographe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.